Les 10 choses que vous savez vraies

Finalement, il suffisait juste d’appuyer sur « Ecrire ». 

Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai mis autant de temps avant d’y arriver d’ailleurs. Vous savez cette bête question de légitimité n’est jamais loin.

surf 2

Et me voila ici. Le cliché classique : le chat dort à côté et je viens de faire du thé. On est loin de la vie d’aventures. De toute façon, il y a rarement beaucoup d’aventures en Juin. J’ai donné 2 cours ce matin et j’attends d’aller au dernier de la journée.
Je regarde mon portable : « Ton cours de ce soir est annulé ». Et sans raison aucune, je fonds en larmes. Parce que ce n’est pas comme si c’était la première fois en vrai. Des cours annulés, j’en ai régulièrement. (Ah oui, ça fait peut-être pas bien de dire sur son site pro que ses cours sont annulés ? Bah tant pis)

Et je me suis retrouvée à me dire « et maintenant, on fait quoi ? »
Pas là tout de suite maintenant. J’aurai pu me laisser porter par ma journée et attendre de rejoindre mes amis pour aller au théâtre le soir (oui, nous sommes des gens cultivés)

Non, plutôt, et maintenant on fait quoi pour donner plus de sens ? 
A croire que cette question obsède toute notre génération. Elle est cette raison de démission, de remise en question constante, de réorientation. Elle a été ma raison première pour devenir prof de yoga au lieu de rester à tapoter derrière mon ordinateur pour autrui.

Comment donner du sens sur la durée ?
Nous sommes constamment abreuvé d’incitations à nous occuper de nos moi futurs. Que voulez-vous devenir ? Où voulez-vous être ? Quels sont vos objectifs pour y arriver ? Vos plans ? Pensez concret surtout (vous me rendrez d’ailleurs un business plan détaillé pour vos 10 prochaines années dès lundi)

Et tout ceux qui ne savent pas, on les laisse là ? Ceux dont les projets sont flous. Ceux qui aiment l’instant présent. Ceux qui préfèrent les vagues au bruit des routes. Ceux qui croient aux rencontres et aux opportunités. Ceux qui se sentent figés.
On les laisse là ?


Je regardais récemment une vidéo de Sarah Kay, une poétesse américaine. Elle fait ouvertement partie de ma catégorie de personnes que j’appelle « J’aimerai être comme elle quand je serai plus grande » (J’ai jamais été douée en calcul mais il semblerait que Sarah et moi ayons le même âge)

Dans cette vidéo, Sarah explique qu’il lui faut 3 étapes pour oser se lancer :
1 – Décider qu’elle pouvait le faire « I can »
2 – Se mettre à le faire « I will »
3 – Laisser les choses infuser « Infuse »

Cette liste peut paraitre bateau. Comme tirée d’un de ces livres qu’on trouve dans le rayon développement personnel (non pas que je dénigre ce rayon, il y ont mis les ouvrages yoga récemment)
Et puis se lancer dans quoi en fait ?

Je vous conseille de la coupler avec une autre liste proposée par Sarah (je vous avais prévenu que c’était mon idole) : « Les 10 choses que vous savez vraies »
Et je pense qu’il s’agit de la meilleure liste du monde (au minimum).
C’est une liste à remplir sans trop réfléchir ni intellectualiser. Personne ne la lira alors laissez parler votre ego, vos sentiments et laisser tomber cette fausse modestie. Regardez ce qui en ressort alors.

Chez moi, au milieu de mes histoires de famille, de sentiments, de yoga et d’amour éternel pour Taylor Swift (oui tout à fait), il y avait ça :
« J’aime écrire. Je sais écrire. Je rêve d’écrire un livre »

Sans modestie aucune on a dit.
Et puis, en utilisant les 3 étapes nommées ci-dessus, j’ai cliqué sur « Ecrire ».

Ca sera comme ça que je donnerai du sens. En racontant. Et en le faisant publiquement au cas où quelqu’un en trouve un ici ou souhaite juste faire une liste. 

Et maintenant, quelles sont les 10 choses que vous savez vraies ?
Laissez-les êtres. Et si vous osez les partager, vous verrez qu’il n’est pas rare d’en avoir en commun.


« She didn’t know what to do with impossible. And me? Well, neither do I, but I see the impossible every day. Impossible is trying to connect in this world, trying to hold onto others while things are blowing up around you, knowing that while you’re speaking, they aren’t just waiting for their turn to talk — they hear you. They feel exactly what you feel at the same time that you feel it. It’s what I strive for every time I open my mouth — that impossible connection »- Sarah Kay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s